Journée Pro 2022

Nous avons le plaisir de vous convier à notre Journée Professionnelle, le jeudi 10 novembre 2022 au lycée Eugène Livet à Nantes.

Cette journée est ouverte à tous.tes les professeur.es de l’académie, adhérent.e.s ou non de l’association.

Nous profiterons de cette journée pour organiser notre assemblée générale annuelle.

Ce sera une joie de se retrouver !

Pour participer : inscrivez vous dès maintenant et avant le 19 octobre 2022 via ce formulaire d’inscription

A très bientôt !

Wikinotions InfoDoc : le Groupe de Travail évolue et lance un appel à contribution

Depuis 2020, l’APDEN Nantes contribue plus spécifiquement au projet Wikinotions InfoDoc. Elle a constitué un Groupe de Travail ad hoc suite à la proposition de la fédération. Ce groupe s’est donné pour mission de reprendre les notices dédiées aux notions en attente de validation, de les actualiser et d’en créer de nouvelles. Les premières notices ont ainsi pu voir le jour et sont désormais disponibles sur le Wikinotions InfoDoc : Algorithme ; Architecture de l’information ; Indexation automatique ; Pertinence.

Fort de cette expérience, le groupe a récemment souhaité évoluer, notamment élargir sa composition, préciser et expliciter son fonctionnement et ses missions. Cette évolution a été adoptée lors du comité directeur de la fédération réuni à Paris le samedi 19 mars 2022. Nous reproduisons ci-dessous le cadre de fonctionnement adopté ainsi que le mandat confié à ce groupe désormais national.

Tout·e adhérent·e de l’APDEN intéressé·e est donc invité·e à intégrer le groupe.

N’hésitez pas à le contacter via l’adresse gt_wikinotions [a] laposte.net !

Actuellement, ses membres se consacrent particulièrement aux notions suivantes : Archives, Pertinence de l’information, Cloud computing, Trace numérique. 

Chacun·e peut contribuer à l’enrichissement du Wikinotions InfoDoc à la mesure de ses envies : en contactant et/ou en intégrant le Groupe de Travail sur les notions, en publiant directement des séquences ou de nouvelles références sur la plateforme après s’être connecté·e (identifiants associatifs).

Avis aux volontaires !

Mandat du Groupe de Travail Wikinotions donné par le comité directeur de l’APDEN du 19 mars 2022

  • Gérer avec le bureau national l’organisation structurelle et les évolutions de l’outil ; 
  • Mettre à jour les contenus (notices  existantes et nouvelles notices) ;
  • Définir un cahier des  charges (méthodologie pour écrire les notices et fonctionnement du groupe par consensus, réunions), et à partir de ce cahier des charges, intégrer d’autres contributeurs ;
  • Garantir la cohérence du Wikinotions en validant les projets d’écriture, de propositions de modifications et de productions des contributeurs externes au Groupe de Travail.

Fonctionnement du Groupe de Travail Wikinotions approuvé par le comité directeur du 19 mars 2022

  • Création d’un Groupe de Travail unique sur le Wikinotions InfoDoc (qui n’est plus rattaché au bureau académique de Nantes) ;
  • Lien avec le bureau national assuré par un membre mandaté par le Groupe de Travail Wikinotions pour participer au Pôle scientifique ;
  • Élargissement du groupe aux adhérent·es volontaires, sur la base du cahier des charges et d’une participation aux réunions trimestrielles ;
  • Organisation collégiale du Groupe de Travail ;
  • Envoi d’un compte-rendu à intégrer au Rapport d’activité lors de chaque comité directeur annuel ;
  • Mandat accordé pour un an et revoté lors des comités directeurs.

Objectifs et histoire du Wikinotions InfoDoc (rappel)

Le Wikinotions InfoDoc est disponible à l’adresse https://wikinotions.apden.org/index.php.

Les objectifs 

Le Wikinotions InfoDoc est un projet collaboratif, piloté par l’APDEN, de didactisation des savoirs scolaires de l’information-documentation en vue de son enseignement. Ces savoirs intègrent  l’Éducation aux médias et à l’information (EMI). Le Wikinotions met à  disposition des professeur·es documentalistes un vaste catalogue de notions à enseigner dans le secondaire. Chaque notion – une centaine aujourd’hui – se présente sous la forme d’une fiche structurée comprenant une définition didactisée suivie de pistes pédagogiques, de liens vers des séances réalisées et de ressources professionnelles et scientifiques. Quatre autres modules intégrés (Séquences, Références, Vidéos, Autorités) permettent une utilisation du Wikinotions selon les besoins. 

Les notices dédiées aux notions sont conçues pour aider l’enseignant·e dans sa pratique pédagogique en s’efforçant notamment d’adapter la « définition » des notions au niveau de compréhension des élèves (lexique, syntaxe, abstraction). Elles couvrent uniquement le champ conceptuel abordable dans l’enseignement secondaire. 

En octobre 2020, le bureau académique de l’académie des Pays de la Loire a constitué un Groupe de Travail qui s’est donné pour mission de reprendre les notices en attente de validation, de les actualiser et d’en créer de nouvelles. A cet effet, il propose cette une fiche-guide pour aider à leur réalisation. 

Historique du Wikinotions InfoDoc

2006 La FADBEN regroupe des chercheurs et des membres du bureau national dans le but d’élaborer un corpus de savoirs scolaires de référence en information-documentation. Le projet s’inscrit dans la perspective de didactisation tracée par les Assises nationales pour l’éducation à l’information et à la documentation (2003) et le 7ème congrès de la FADBEN tenu à Nice (2005).

2007 Les travaux du groupe « Savoirs scolaires » sont publiés dans le numéro de mars 2007 de Mediadoc sous le titre « Les savoirs scolaires en information-documentation ». Sont présentées une liste de 64 notions essentielles regroupées sous sept notions organisatrices. Ces sept notions organisatrices de la discipline sont définies à partir de la méthodologie de Britt-Mary Barth (Le savoir en construction, 2004). Elles sont ainsi déclinées en caractéristiques, niveaux de formulation, exemples et contre-exemples. Une plateforme collaborative mutualise les travaux du groupe.

2008  L’ensemble du contenu de la plateforme créée par le groupe « Savoirs scolaires » est reversé dans un wiki qui devient le « Wikinotions ». Les travaux continuent en appliquant à d’autres notions essentielles la méthodologie de définition des notions organisatrices. Trente notions seront ainsi définies en 2013.

2013 Le « Wikinotions Info-Doc » est transféré sur une plateforme Médiawiki.

2015 Cent notices sont disponibles dans le Wikinotions. Une notice biographique pour chaque auteur est créée dans les Références (par auteur). Des notices de séances pédagogiques continuent d’être ajoutées aux fiches notions afin de promouvoir leur didactisation.

2017 Le Wikinotions met à disposition 106 fiches notions, 105 notices de séances pédagogiques et près de 200 notices auteurs .

2019 Sollicité et mandaté par le bureau national pour relancer le Wikinotions, le bureau de Nantes constitue un Groupe de Travail « Wikinotions ». Le bureau académique commence par faire un état des lieux du Wikinotions et produit un tableau d’analyse critique des notices existantes afin de définir des priorités.

2020 Première réunion du Groupe de Travail « Wikinotions » de Nantes. Le groupe est constitué de membres du bureau académique et d’adhérent·es.

2021 Le comité directeur valide la mise en place d’une nouvelle plateforme, créée par Florian Reynaud, où sont transférés tous les contenus du Wikinotions. La nouvelle plateforme se démarque notamment de la précédente par une interdépendance facilitée entre bases Notions, Séquences, Références et Autorités. Elle permettra en outre d’héberger des vidéos et des podcasts en provenance des bureaux académiques. Accessible à tout public, certaines fonctionnalités sont cependant réservées aux adhérent·es.

Le Groupe de Travail de Nantes produit une fiche guide pour harmoniser la rédaction des nouvelles notices et propose une nouvelle structuration de la maquette concernant les fiches notions. Ses propositions sont intégrées à la nouvelle plateforme. Il commence en outre à produire et à publier de nouvelles fiches.

Bilan de l’évolution récente du Wikinotions InfoDoc

1. Support – Plateforme : réalisation de Florian Reynaud

Une nouvelle plateforme de Wikinotions InfoDoc a été développée en 2020, avec plusieurs objectifs : améliorer les relations entre les données (notions, références, séquences, autorités), moderniser l’administration et la présentation du site. Ce travail de développement a donné lieu à un travail abouti en juin 2021, avec un travail de l’ancien site vers le nouveau pendant l’été 2021. Le développement est continué pour améliorer régulièrement la plateforme selon les retours, notamment des membres du Groupe de Travail Wikinotions. La programmation est originale, en langages web (html, css, php, mysql, essentiellement).

Voir également Mediadoc n°27, 12/2021, p. 34-39.

2. Contenu : bilan du Groupe de Travail de Nantes

  • Mise en place d’un processus de travail :
    • État des lieux du Wikinotions InfoDoc,
    • Création d’un Groupe de Travail (8 personnes au 19 mars 2022),
    • Réflexion sur les modalités pour élargir le groupe à des adhérent·es de toutes les académies, sur la base d’un cahier des charges et d’une participation aux réunions trimestrielles ;      
  • Cahier des charges :
    • Fiche guide pour la rédaction uniformisée des notices,
    • Maquette de présentation des notices,
    • Rédaction des notices avec relectures multiples et validation par le groupe avant publication ;
  • Publications :
    • Notions publiées : Algorithme, Architecture de l’information, Indexation automatique, Pertinence,
    • Notions validées, à publier : Trace numérique,
    • Notions en cours de réflexion : Archive, Veille informationnelle, Discours, Information journalistique, « Théorie du complot » ou Information complotiste, Cloud computing, « Astroturfing ».

Les vidéos de la Journée professionnelle 2021

La journée professionnelle de l’APDEN Nantes s’est tenue cette année le jeudi 7 octobre 2021 au lycée professionnel Paul Emile Victor d’Avrillé (49). Consacrée aux images, cette édition s’est déroulée en deux temps avec les interventions de André Gunthert, puis de Marine Siguier, qui nous ont fait l’honneur d’avoir accepté notre invitation.

André Gunthert « Le récit de contrebande des images ordinaires »

La présentation d’André Gunthert, nourrie de nombreux exemples, nous a invité·es à réfléchir sur les pratiques de communication à travers l’image en abordant plus spécifiquement la construction des récits véhiculés par les images ordinaires. La première partie de son intervention a rappelé les apports de l’histoire de l’art, des études cinématographiques, ou des sciences de l’information et de la communication pour la compréhension des images, mais aussi la parcellarité de la connaissance de notre culture visuelle. Ensuite, il s’est attaché à montrer comment les images ordinaires servent de supports de récit dans un rapport d’évidence problématique au réel. Il a traité de plusieurs mécanismes à l’œuvre dans le processus narratif notamment les rapports d’évocation (travaux du sociologue Baptiste Coulmont sur le prénom ou l’évocation liée au montage dit effet Koulechov) ou le style documentaire décrit par Olivier Lugon.

André Gunthert est maître de conférence à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris. Il dirige le laboratoire d’Histoire visuelle contemporaine, première équipe de recherche en France consacrée au champ des visual studies. Fondateur de la revue Études photographiques, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont un consacré à l’image numérique : L’image partagée. La photographie numérique, Textuel, 2015. Parallèlement à ses activités de chercheur, il anime des chroniques dans l’émission en ligne Arrêt sur image (1) et publie régulièrement des billets de blog et des articles sur Mediapart. Il tient en ligne un carnet de recherche, L’image sociale (2), très riche dans lequel les professeur·es documentalistes trouveront matière à nourrir leurs connaissances et leurs cours : notes de cours, hypothèses et analyses, reprises de ses publications scientifiques, ou billets d’humeur en réaction à l’actualité médiatique ou politique.

Vous trouverez ci-dessous la captation de son intervention* :

Marine Siguier « Des mots aux photos : images de la lecture sur les réseaux socionumériques »

L’après-midi, Marine Siguier, docteure en Sciences de l’Information et de la Communication depuis décembre 2020, a partagé avec nous les résultats de ses récentes recherches. Sa conférence a porté sur les représentations de la lecture en contexte numérique et plus spécifiquement sur la manière dont les images qui circulent « influencent, perpétuent ou modifient certains imaginaires littéraires ». Sur internet, les communautés qui parlent de littérature sont en adéquation avec la logique des plateformes (concept d’homotopie). Il s’agit alors de dégager les codes de représentation du livre et de la lecture, de cerner les éventuelles spécificités de l’objet livre notamment dans les enjeux socio-économiques. Marine Siguier a également partagé avec nous ses observations en matière de pratiques créatives, notamment dans les procédés de traduction visuelle des récits littéraires. Enfin elle a pu constater la persistance du stéréotype visuel sexualisé de la femme lectrice.

Actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université de la Sorbonne au sein du GRIPIC (Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur les Processus d’Information et de Communication), Marine Siguier s’appuie sur la sémiologie de l’image et porte son attention sur les dispositifs numériques, les imaginaires littéraires et l’histoire des médias. Ses travaux de thèse abordent une question, qui est éminemment présente dans notre profession, à savoir la place de la lecture sur des plateformes d’images ou les réseaux sociaux (3). Marine Siguier utilise les exemples des plateformes comme Youtube, Instagram et Tumblr, mais aussi la didactisation des Booktube.  Elle a publié très récemment dans le magazine Lecture jeune, un article intitulé « Bookstagram : Réseau de lecteurs ou de fétichistes du livre ? » dans lequel elle interroge notamment comment la lecture peut être transcendée par l’image (4).

Vous trouverez ci-dessous la captation de son intervention * :

* Les conditions matérielles de cette journée ne nous ont pas permis de réaliser des captations telles que nous le souhaitions, nous nous en excusons.

(1) Il a annoncé au début de l’année 2022 la fin de cette collaboration sur son site https://imagesociale.fr/10333

(3) Sa thèse est consultable sur le site d’archives ouvertes HAL These https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03260336/

(4) dans Lecture Jeune, n° 179, 09/2021. http://www.lecturejeunesse.org/livre/lire-sans-livresn179-septembre-2021/

Lumière ! l’info-doc sous les projecteurs

Après Contre-plongée, l’APDEN Nantes propose Lumière ! un second format d’émission pour sa webradio.

Le principe : créer un nouvel espace de mutualisation permettant aux collègues volontaires de partager, sous forme de podcast audio, leurs séances, avec pour objectif de valoriser les compétences pédagogiques des professeur.es documentalistes et ainsi de mettre en lumière la richesse et la diversité de leurs contenus d’enseignement.

NB : les petites distorsions dans les voix sont dûes à l’enregistrement « à distance », nous nous en excusons.

Épisode 1

Travailler la notion d’identité numérique en lycée professionnel : un exemple avec une classe de 1ère Vente

Ce projet intitulé « Réseaux socio-numériques. Construire une identité numérique professionnelle adaptée aux nouvelles attentes des entreprises », a été proposé par Anaïs Hanse, professeure documentaliste (LP Paul Emile Victor, Avrillé). Construit en partenariat avec une enseignante de matière professionnelle, il a été mené dans une classe de première préparant le baccalauréat professionnel vente.

Les grandes lignes du projet

Deux finalités complémentaires ont guidé la construction de trois séquences de travail. Il s’agissait d’une part de questionner les élèves sur leurs propres pratiques, de les amener à prendre du recul pour développer un usage personnel plus raisonné du web dit social et, d’autre part, de leur permettre de faire face aux évolutions de l’environnement économique et technique des emplois, ce qui se révèle essentiel pour ces lycéens professionnels confrontés très rapidement au monde du travail. Ainsi, ce projet visait à répondre à la nécessité de développer des compétences professionnelles, dans la perspective d’un emploi futur, dans des contextes professionnels en évolution, en particulier avec l’arrivée du numérique et notamment des réseaux sociaux.

Afin de travailler les notions de réseau social, d’identité numérique et d’e-reputation, ces lycéens professionnels ont été placés en situation concrète. Ils ont dû analyser la communication des entreprises sur les réseaux sociaux afin de proposer eux-même une stratégie à un commercial partenaire, puis effectuer une recherche sur les nouveaux réseaux sociaux professionnels utilisés par les entreprises pour recruter aujourd’hui, pour finalement créer leur CV numérique leur permettant de développer leur présence numérique professionnelle.

Cet épisode vous propose de revenir plus précisément sur ce projet et d’en découvrir les « coulisses », de la préparation au bilan en passant par l’intervention spécifique de la professeure documentaliste, pour comprendre comment, à partir des objectifs visés, ont été déterminés les choix de situations d’apprentissage, de ressources et d’outils didactiques pour les élèves ainsi que des modalités d’évaluation.

Épisode 2

Travailler la notion de désinformation en lycée professionnel : exemple dans le programme de Français de seconde « Informer-s’informer ».

Cette séance qui introduit la notion de désinformation, et celle de Fake-news, s’intègre dans un contexte actuel de surabondance d’informations. Comment les élèves peuvent-ils évaluer l’information ? Une des façons de répondre à cette question est de savoir ce qu’est la désinformation et ce qui la constitue. Cette séance d’environ 3h peut se suffire à elle-même, mais elle prend tout son sens en lycée professionnel dans la séquence « Informer-s’informer » du programme de Français en seconde.

Objectifs de la séance :

D’une part, les élèves doivent évaluer eux-mêmes différents types d’information selon deux critères définis au départ : « Niveau de manipulation de l’information » et « Volonté de nuire ». Le choix de ces deux critères est issu d’une classification disponible sur le site Wikipédia pour la définition de « désinformation ». Ils sont applicables aux quatre grands types d’information : désinformation (volonté de nuire et manipulation de l’information), mésinformation (pas de volonté de nuire et manipulation de l’information), information journalistique (pas de volonté de nuire et pas de manipulation de l’information) et malinformation (volonté de nuire et pas de manipulation de l’information). La malinformation est une notion qui n’est pas encore complètement définie, mais elle se rapprocherait de « publications délibérées d’informations privées dans l’intérêt d’une personne ou d’une entreprise plutôt que dans l’intérêt général. » (Wardle, 2019).

D’autre part les élèves doivent réinvestir ces deux critères dans l’élaboration d’un écrit langagier afin de structurer leur pensée autour des définitions de ces notions.

Cette séance présente l’avantage d’être adaptable à tous les niveaux du secondaire. Le niveau de difficulté sera adapté en fonction du nombre de définitions à restituer au final. Il est tout de même préférable de commencer en 3è pour que la notion de coordonnées à reporter dans un graphique soit acquise.

Cet épisode vous propose de revenir plus précisément sur cette séance et d’en découvrir les « coulisses », de la préparation au bilan, en passant par l’intervention spécifique de la professeure documentaliste. Vous y apprendrez comment, à partir des objectifs visés, les choix des situations d’apprentissage, des matériaux et des outils didactiques ont été déterminés pour les élèves, ainsi que les modalités d’évaluation.

Lettre aux IPR (suite)

Mesdames et messieurs les Inspectrices et Inspecteurs Régionaux en charge de la discipline de Documentation dans l’académie de Nantes,

Dans notre précédent courrier daté du 19/11/2020, nous évoquions les conditions de travail des professeur.es documentalistes rendues difficiles par la situation sanitaire et les insuffisances du cadrage proposé par l’institution. Les éléments apportés dans votre réponse du 23/11/2020 à ce sujet ne nous semblent pas répondre aux difficultés rencontrées par les collègues, et aux spécificités d’un lieu comme le CDI, dans lequel par exemple l’accès à des rayonnages et la mobilité des élèves rendent problématiques le respect d’un protocole qui ne les a jamais prévu
Mais l’actualité de la politique ministérielle vient ajouter un nouveau motif de vive indignation pour la profession, ce sera donc l’objet de notre lettre.
Dans votre courrier du 23/11, vous affirmez que notre « mission pédagogique demeure essentielle comme pour toutes les autres disciplines ».  Comment nous expliquezvous alors que le décret n° 2020-1524 du 05/12/2020 sur la création d’une prime d’équipement informatique nous exclut explicitement du corps enseignant ? Pourquoi  évincer  les professeur.es documentalistes que le référentiel des compétences professionnelles définit comme « enseignants et maîtres d’œuvre de l’acquisition par tous les élèves d’une culture de l’information et des médias » ? Ne sont-ils.elles pas titulaires d’un CAPES ? Devons-nous comprendre que, par le biais de ce détail comptable, le CAPES de Documentation serait remis en cause ?
Les deux seules raisons invoquées sont, à notre connaissance, d’une part que les professeur.es documentalistes ne sont pas « devant » les élèves et d’autre part qu’ilselles disposent d’équipement informatique sur leur lieu de travail. 
Les professeur.es documentalistes sont devant des élèves 30 heures par semaine, et le sont le plus souvent en situation pédagogique au même titre que les enseignant.es des autres disciplines. Les professeur.es documentalistes ne préparent que rarement leurs cours durant ce temps au CDI.
Ce lieu de ressources culturelles, de découverte et de curiosité n’est jamais sans élève et il n’y a de ce fait pas une heure sans sollicitation. A leur domicile, leur équipement  informatique personnel et leur connexion privée à Internet sont utilisés pour toutes les missions de leur activité professionnelle. Ainsi, pendant le confinement ilselles ont assuré, comme les autres enseignant.es, la continuité pédagogique.
Par conséquent, la discrimination véhiculée par le décret du 05/12/2020 est infondée. Au nom de l’APDEN Nantes, nous vous informons que cette non-reconnaissance de notre statut de professeur par le ministère de l’Éducation nationale est injuste et source de souffrance au travail. 
En tant qu’Inspecteurs-trices Pédagogiques Régionaux, vous êtes en lien direct avec les Inspecteurs-trices Généraux, et chargé·es d’appliquer les mesures ministérielles. Vous êtes amené·es à rencontrer les professeur·es documentalistes pendant leurs séances pédagogiques, pour les rendez-vous de carrière. Vous connaissez les travaux en didactique de l’information-documentation, de l’EMI. Nous souhaiterions un geste fort de votre part pour rétablir auprès du ministère notre intégrité professionnelle, telle qu’inscrite dans les textes.
Veuillez recevoir, Mesdames et Messieurs les Inspecteurs et Inspectrices Pédagogiques Régionaux en charge de la Documentation, l’expression de nos salutations distinguées,
Le bureau de l’APDEN Nantes

Lettre ouverte aux inspecteur·trices

Aux Inspecteurs et Inspectrices Pédagogiques Régionaux en charge de la Documentation

Académie de Nantes

Le 19/11/2020

Mesdames, Messieurs,

 

La période de grande incertitude que nous vivons aujourd’hui rend les conditions de travail des professeur·es documentalistes difficiles et l’Apden Nantes s’interroge face à l’absence de communication spécifique envers les  professeur.es documentalistes depuis la rentrée de septembre et celle du 02 novembre.

Aucun des deux protocoles sanitaires successifs en vigueur dans les établissements scolaires ne reconnaît les particularités d’un Centre de Documentation et d’Information, lieu de brassage des élèves et de partage de documents ou d’outils informatiques. Celles et ceux qui font vivre ce lieu tous les jours perçoivent cette absence de directives comme une invisibilisation de cet espace mais aussi comme un éternel manque de reconnaissance de leur travail.

L’absence de cadrage national se traduit par une surcharge de travail, une charge mentale très lourde, et des tensions fréquentes avec les chefs d’établissements. Les professeur·es documentalistes ont dû ajouter à leurs tâches déjà nombreuses – notamment poursuivre leurs séances pédagogiques particulièrement nécessaires à l’heure actuelle-, la construction et la mise en place de mesures sanitaires adaptées pour limiter le brassage et la circulation du virus, et les défendre auprès des directions, parfois sans succès.

Dans une cacophonie générale, les CDI deviennent actuellement des variables d’ajustement au manque de lieux d’accueil, au manque de personnel, ou au contraire sont totalement fermés aux élèves. Les prêts de documents sont ici autorisés, et là non, ailleurs seulement sur réservation.

Il est incompréhensible que rien n’ait pu être décidé pour harmoniser les pratiques et soutenir les professeur·es documentalistes, alors que cela a été possible pour les autres disciplines à besoins particuliers (EPS, Arts…), et alors que les bibliothèques universitaires par exemple appliquent un protocole spécifique.

Les professeur·es  documentalistes sont dans l’attente d’un soutien fort et engagé de l’institution, pour réussir à traverser cette période.

C’est pourquoi, au nom des collègues de l’académie de Nantes, l’Apden Nantes vous demande urgemment :

– de communiquer aux collègues de l’académie un texte de cadrage et de soutien

– d’interpeller l’Inspection Générale pour obtenir un protocole sanitaire national concernant les CDI et les professeur·es documentalistes, aboutissant à la publication d’une fiche spécifique aux professeur·es  documentalistes (ou aux CDI) sur le site du ministère sur le modèle de l’EPS, de l’éducation musicale…

D’autre part, concernant la prime annuelle à l’équipement informatique de 150 euros annoncée par le ministre, nous souhaiterions avoir un éclaircissement de votre part. Cette prime sera-t-elle bien versée aux professeur·es  documentalistes ? Une rumeur persistante annonce l’inverse, ce qui semble invraisemblable. Ce serait un nouveau motif de souffrance au travail par manque de reconnaissance du métier, pour l’ensemble des collègues. Nous ne doutons pas que vous êtes en mesure de nous rassurer sur ce point.

Veuillez recevoir Mesdames et Messieurs les Inspecteurs et Inspectrices Pédagogiques Régionaux en charge de la Documentation l’expression de nos salutations distinguées

Le bureau de l’APDEN Nantes

Journée pro : les vidéos (1)

La Journée Professionnelle annuelle de l’APDEN Nantes s’est tenue le mardi 15 octobre 2019, à l’INSPE d’Angers. Le thème cette année était « De Tim Berners Lee aux GAFAM : Perspectives historiques et enjeux du web, pour la culture professionnelle et les pratiques des professeur·es documentalistes ».

Le CAPES a eu trente ans, et le web aussi. Associer ces deux anniversaires nous a semblé une évidence au regard des changements sur le métier qu’ont pu avoir ces deux évènements.

Nous avons d’abord accueilli Benjamin Thierry (Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne), pour une conférence stimulante autour de l’histoire et les enjeux des réseaux de données, expliquant pourquoi une régulation politique de ces réseaux était nécessaire et urgente, « pour faire entrer le numérique dans le giron de la démocratie ».

Après une introduction qui a permis de reposer clairement la différence entre internet (infrastructures) et web (technologies d’accès à l’information), et resituer les grands jalons historiques des réseaux de données en prenant du recul avec les dates d’une histoire uniquement « technique » qui a tendance à dépolitiser les enjeux de la circulation des données, B. Thierry a développé trois grandes idées.

D’abord celle de la dimension autonomiste de ces technologies, qui pose problème. Leur divorce d’avec les règles d’encadrement politique, la centration des discours sur les enjeux techniques, est une question d’actualité, qui nécessite de mettre en place une régulation (exemple de la monnaie « Facebook » qui est une attaque contre la légitimité des États).

Puis B. Thierry a abordé la question de la confusion entre information et connaissance, qui existe depuis l’essor des réseaux de données, et qui appelle notre mobilisation. Cette confusion est entretenue par les acteurs commerciaux du web, qui cherchent à capter du temps d’attention et n’ont donc pas intérêt à lutter contre la diffusion des rumeurs, et fausses informations.

Enfin, la troisième partie de la conférence a été consacrée aux valeurs de l’élitisme et du pragmatisme technologique. La scission entre « les clergés techniques » et les utilisateurs est de plus en plus forte. Une réflexion commune, philosophique et politique est pourtant indispensable afin de d’envisager un modèle de régulation de ces réseaux de données.

Vous trouverez ci-dessous les captations de cette conférence :

Partie 1 :

Partie 2 :

Questions de la salle :

Journée pro 2019 : à vos agendas !

L’APDEN Nantes vous convie à sa journée professionnelle

le mardi 15 octobre de 9h à 16h30

à l’Espé d’Angers

L’INSCRIPTION est INDISPENSABLE

affiche19cc

Nous aurons l’honneur et le plaisir de recevoir Benjamin Thierry, spécialiste de l’histoire du web, et deux représentants de Framasoft, Frédéric Urbain et Frédéric Véron, pour deux conférences suivies d’un temps d’échange avec la salle.

Voici le déroulé de cette journée
9h : accueil café
9h30 : conférence de Benjamin Thierry
11h15 : Assemblée générale de l’APDEN Nantes
12h30-14h : pause déjeuner (pas de restauration sur place)
14h : intervention de Frédéric Véron et de Frédéric Urbain (Framasoft)
16h-16h30 : clôture de la journée

Nous vous espérons nombreuses et nombreux !

Un courrier de l’inspection aux chefs d’établissements, les invitant à vous laisser participer à cette journée de réflexion, est arrivé dans vos établissements.

« Older Entries